Blog Movaway Divers

French kiss 29-04 2021

Pourquoi le French kiss est français pour les anglais

Pour les habitants du monde entier, la France est célèbre pour son fameux french kiss, le baiser avec la langue. Mais cela vient-il vraiment de la France ? Eh bien pas tout à fait. Voici l’histoire du baiser.

Les français n’étant pas vraiment les seuls sur la planète à pratiquer ce type de baiser, on peut légitimement s’interroger sur l’origine de cette expression. Origine d’autant plus étrange que ce baiser devrait plutôt être l’Indian Kiss. En effet il figurait déjà dans le Kama Sutra, dans sa version du 5eme siècle avant JC. Le French kiss se décrit comme la façon d’embrasser le plus passionnément.

La langue française fascine le monde pour sa poésie, ses mots et ses baisers… Le French Kiss est universel. Très célèbre surtout chez les Anglo-Saxons qui en ont même fait une expression « I French kissed her ». Ainsi, vous ne serez pas surpris d’apprendre qu’en anglais, le terme « French letter » désigne un… « préservatif ». Tout un imaginaire existe autour de ce baiser et des Français. Romantiques, poétiques, libertins et même coquins, leur réputation dépasse les frontières et fait fantasmer plusieurs pays voisins. Mais quelles sont les vraies origines du French Kiss ? Pourquoi le French Kiss est-il si français pour les anglais ?

Si tu lis cet article, tu dois sûrement être intéressé par l’histoire du Frenck kiss. Cela tombe bien car nous allons tout t’expliquer ! Les origines de ce bisou pas si français qu’on ne le pense, mais aussi les autres baisers selon les cultures. Les anglais considèrent que le French kiss vient directement depuis la France. Alors avant de t’installer à Londres afin de réaliser ton stage, tu dois apprendre sur la culture anglaise, ce que les anglais ne font pas comme les français … Sur le blog de Movaway, tu trouveras énormément d’informations qui te serviront tout au long de ton séjour. Tu pourras découvrir une épicerie française installée à Londres et même le cricket, le sport le plus british !

Les origines du French Kiss

French kiss : Les origines du French Kiss

Selon le Cambridge Dictionary, le French kiss  signifie « embrasser quelqu’un les lèvres ouvertes et avec la langue ». Ainsi, les origines du ce baiser sont vivement débattues dans le monde entier. En effet, certains disent que les baisers ont commencé il y a des millions d’années à la suite du bouche-à-bouche entre les animaux et leurs petits, ou comme un signe de soumission et de domination entre les singes.

Cependant, Vaughn Bryant Jr., professeur et directeur du département d’anthropologie de la Texas A&M University et spécialiste de l’histoire du baiser, déclare quant à lui que l’origine la plus probable du baiser est liée à l’odeur. En effet, les premiers humains se reconnaissent par l’odorat et développent une pratique connue sous le nom de « sniff kiss » « baiser renifler ». De plus, selon lui, les premières références aux baisers viennent de l’Inde où « baiser » et « renifler » sont désignés par le même mot. De nombreux textes indiens, y compris le Kama Sutra écrit au 5eme siècle avant J.C., font référence à plusieurs types de baisers.

Mais, Selon Sheril Kirshenbaum, auteur de l’ouvrage The Science of Kissing, le terme « French kiss » fait son apparition en 1923. En effet, un grand nombre de voyageurs et de soldats américains se sont rendus en France à la fin du XIXe et XXe siècle. Ils sont très surpris de voir des Français s’embrasser passionnément avec la langue. Ils donnent alors le nom de « French Kiss » à ce baiser le plus hot du monde. Sa pratique se démocratise de l’autre côté de l’océan au retour des soldats américains aux États-Unis.

Il faut attendre 2014 pour que le dictionnaire français ajoute la définition du French Kiss. La même année, le verbe « galocher » qui signifie « embrasser avec la langue » est également ajouté.

Le French kiss d’un point de vue scientifiques

Des scientifiques ont démontré que si l’on s’embrasse avec la langue, c’est pour vérifier sa compatibilité des systèmes immunitaires d’un point de vue génétique et de s’assurer sa descendance. De plus, le fameux french kiss transmet également des traces de testostérone. Ainsi, c’est ce qui font monter le taux et le désir de sa partenaire.

Également prouvé par des scientifiques, lorsqu’on s’embrasse, on partage plus de 40 000 parasites et 250 types de bactéries différentes. De quoi faire grimper son angoisse mais rassures-toi, toutes ces bactéries sont bonnes pour notre système immunitaire. Petite anecdote, pour les passionnés de Frenck kiss, ce bisou langoureux ferait perdre 5 calories car plus de 34 muscles faciaux travaillent. Et oui rien que ça ! Alors à vos lèvres et vos langues… Perdre du poids grâce au vélo elliptique, tapis de course et autres machines de torture, c’est fini !!

Qui pratique le French kiss ?

French kiss : qui pratique le french kiss

S’embrasser langoureusement n’a rien de choquant dans notre culture. Le French kiss, si cher aux Français, connu du monde entier pourtant tout le monde ne le pratique pas. Chez nous, il est le signe d’une affection particulière, ailleurs, ce geste d’amour est perçu différemment. Mais contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce n’est pas eu Europe qu’il rencontre le plus de succès.

Le site de sorties et de rencontres Beweetch a réalisé un sondage en 2016 auprès de 1159 personnes résidentes en France métropolitaine. Le but était de savoir ce qu’ils pensent du baiser et s’ils sont prêts à embrasser dès le 1er rendez-vous.

Le sondage a déclaré que pour 79 % des Français interrogés, embrasser quelqu’un n’engage à rien. De plus, 84 % d’entre eux roulent une pelle au premier rendez-vous. Et enfin, 78% des Français estiment que l’homme doit toujours faire le premier pas.

Toujours d’après cette enquête, les plus adeptes du French Kiss ne sont pas les Européens, mais bel et bien les habitants du Moyen-Orient et les Asiatiques. Les Américains quant à eux ne sont pas très adeptes des bisous … langoureux.

Le French Kiss surcoté 

D’après une enquête, les Français semblent être adeptes de la technique du Frenck kiss. Mais il semblerait que la majorité des peuples autour du monde ne partage pas cet avis. En effet, pendant plusieurs années, une équipe de scientifiques a interrogé des populations de 168 cultures différentes. De ce fait, ils ont publié leur rapport en 2015. Celui-ci démontre dans la revue scientifique American Anthropologist un résultat sans appel : 54% de la population mondiale ne seraient absolument pas adepte de cette pratique. Les Africains et les sud-américains sont ceux qui sont le moins enclins à embrasser leur partenaire avec la langue. En revanche, les habitants du Moyen-Orient semblent beaucoup plus enthousiastes à cette idée et d’embrasser langoureusement son ou sa partenaire.

Le baiser sur la bouche n’a pas nécessairement un caractère amoureux ou sexuel. En effet, de nombreuses communautés autour du monde valorisent le simple baiser comme un moyen de se dire bonjour ou de se prouver son affection. Par exemple, embrasser un jeune enfant sur la bouche n’est pas vu comme un acte sexuel qui pose problème, même si certains aimeraient lancer le débat.

Le baiser avec la langue quant à lui à il a une forte connotation sexuelle. En effet, il se pratique exclusivement entre partenaires amoureux. Dans un entretien pour CBS News, le psychologue Gordon Gallup Jr explique à quel point il est important dans cette optique : « s’embrasser avec la langue a trois fois plus de chances de se conclure avec un rapport sexuel qu’un baiser la bouche fermée ».

Certaines études avancent qu’un échange de testostérone aurait lieu de l’homme vers la femme, rendant cette dernière plus réceptive à une relation sexuelle. Avec cette théorie, d’autres avancent que les montées du niveau d’ocytocine seraient responsables d’une telle flambée du désir sexuel lors d’un baiser avec la langue. Embrasser les yeux fermés aiderait aussi beaucoup.

Quoi qu’il en soit, de nombreux scientifiques s’intéressent encore à cette pratique du baiser. Celle-ci semble innée chez l’être humain mais aussi chez d’autres animaux comme les bonobos.

Le Frenck kiss est “dégoutant

Contrairement aux idées reçues, moins de la moitié de la planète est adepte du bisou avec la langue, soit 46% au total. Justin Garcia, l’un des co-auteurs de cette étude intitulée “Is the Romantic-Sexual Kiss a Near Human Universal ?” 

En effet, en Amérique du nord, ils seraient 45% à être carrément anti-bisou avec la langue. En Océanie, où la culture anglo-saxonne est pourtant fortement répandue, la proportion de French kiss descend encore d’un cran avec seulement 44% d’adeptes.

Quant aux Américains, les trois quarts ne mettent pas la langue. Les Africains sont encore moins nombreux à le pratiquer puisqu’ils ne sont que 17% à immiscer leur langue dans la bouche de leur partenaire lors d’un baiser. Des chiffres surprenants qui nous rappellent que le french kiss est loin d’être la norme pour les amoureux du monde entier…

Pour beaucoup, le French kiss est dégoutant et est mal vu. En effet, un simple baiser de 10 secondes transfère en moyenne 80 millions de bactéries entre les deux partenaires. Cela peut paraître ragoûtant pour certains ! Pour parvenir à ces résultats, des chercheurs néerlandais ont demandé à des couples de s’embrasser pour la science. Attention, ça n’a rien de romantique ni de sexy. 21 couples ont d’abord été interrogés en 2012 sur leurs habitudes d’embrassade : à quelle fréquence ils s’embrassent, quand ils se sont embrassés pour la dernière fois et pleins d’autres questions. Les scientifiques ont alors prélevé la salive des deux partenaires avant et après une expérimentation contrôlée.

Avant de pratiquer un deuxième French kiss, les chercheurs ont ensuite demandé à l’un des deux partenaires de manger des yaourts à boire juste avant un baiser afin d’aider à identifier les bactéries sur sa langue et sur celle de son partenaire. Les conclusions sont sans appel : les bactéries de l’un se nichent dans la bouche du partenaire et peuvent y survivre, en particulier sur la langue où le nombre de bactéries transférées demeure stable.

Cette étude a de quoi effrayer et repousser énormément de personne sur la pratique du fameux French kiss. Pourtant, il faut savoir que cela permet de renforcer nos défenses immunitaires. En effet, plus les baisers sont fréquents dans la journée, plus les flores bactériennes de la bouche des partenaires deviennent identiques. Un couple doit s’embrasser au minimum 9 fois par jour pour qu’il ait une même collection de bactéries sur la langue. Ainsi, les couples diversifient leurs flores bactériennes et s’immunisent. Le système immunitaire se renforce grâce au baiser.

Pourquoi s’embrasser à la façon du French kiss ?

Pourquoi s’embrasser à la façon du French kiss ?

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi, lorsque l’on est attiré par quelqu’un, nous éprouvons cette irrépressible envie d’aller lui fourrer notre langue dans la bouche ? Car lorsque l’on y pense, un french kiss, c’est un peu bizarre, quand même : on colle sa langue à celle de quelqu’un d’autre, dans un grand festival d’échange de salive, alors que l’on rechigne à partager sa brosse à dents Le French Kiss qui est perçu comme une pratique française est loin de faire l’unanimité. Il faut se le dire, qu’il y a plus hygiénique qu’un échange de salive… 

Alors pourquoi le French kiss ? D’après des chercheurs, cela serait un instinct de survie. En effet, ce processus d’échange de salive nous permet de trouver un partenaire génétiquement compatible. Plutôt surprenante cette analyse non ?! Effectivement, nous recherchons une personne avec des réponses immunitaires différentes des nôtres. Pourquoi ? Tout simplement, on recherche inconsciemment à avoir un enfant mieux préparer à lutter contre les maladies infectieuses.

Grâce à la salive et l’haleine, nous analysons la santé, la fertilité et la compatibilité génétique de notre partenaire. Concrètement, on arrive à détecter s’il y aura une harmonie sexuelle ou pas ! Ce sont le plus souvent les femmes qui savent jauger leur partenaire. En gros, s’il embrasse mal, elles refusent de faire l’amour. Soyez bon à votre prochain rendez-vous !

Autre explication, les lèvres et la langue sont un prolongement direct de nos parties intimes. C’est le constat émis par un professeur en psychologie à l’Université d’Etat de New York Gordon G. Gallup Jr. Selon lui, la moitié des nerfs crâniens sont directement connectés à la région de la bouche. Enfin, de nombreux scientifiques s’accordent à dire que l’échange de salive stimulerait la dopamine. Cette dernière joue un rôle dans le sentiment d’attachement romantique. Plus on s’embrasse, plus on est amoureux !

L’origine du baiser

Céline Hess-Halpern, avocate spécialisée en droit de la santé, évoque l’héritage préhistorique de ce geste, progressivement devenu désir : “Avant d’être une construction culturelle, il a été un geste charnel naturel. Il y a beaucoup d’études scientifiques passionnantes qui sont remontées aux hommes préhistoriques. Au départ, le premier geste qui a été précurseur du baiser, c’était de nourrir son bébé par la bouche. Exactement comme la becquée des oiseaux, certains disent que ce geste peut être l’ancêtre du baiser qui a évolué ensuite avec les cultures, avec nos mentalités, avec nos sensibilités et notre pluralité de gestes”.

Alexandre Lacroix explique que le caractère émotionnel et proprement désirable du baiser s’est construit grâce à la culture gréco-romaine : « Si le baiser n’a rien d’universel tant il y a encore de vastes territoires sur la planète où le baiser est peu pratiqué, comme l’Afrique subsaharienne, l’Asie, on peut lui prêter une origine romaine, antique. Les Romains sont les premiers à l’avoir codifié en distinguant trois manières d’embrasser : 

  • Le basium qu’on échangeait en famille : une mère embrassait ses enfants sur la bouche et on s’embrassait aussi sur la bouche entre frères et soeurs.
  • L’osculum entre les membres d’une même corporation, le même corps politique, entre sénateurs on s’embrassait. 
  • Le suavium qui était le baiser des amants.

Les mœurs romaines liées au baiser nous ont transmis l’idée d’une appartenance à la même famille et à un même corps social. Une idée d’égalité, quelque chose de très social et politique en somme. C’est pourquoi, quand on se marie aujourd’hui, on s’embrasse publiquement, les jeunes mariés soudent leur union pour signer cette idée qu’ils font désormais partie de la même famille.

S’embrasser, une marque d’amour

S’embrasser fait partie intégrante de nos rites sociaux, pratiquement partout dans le monde. Évidemment, on n’embrasse pas tous de la même façon : bouche à bouche, joues, baise-mains… l’osculation (mot technique désignant l’action d’embrasser) varie en fonction des sociétés qui composent notre monde, ce qui éloigne la théorie Darwinienne selon laquelle le baiser ferait partie d’un rituel d’accouplement. 

Du coup, les baisers seraient des marques romantiques d’attachement entre êtres humains. “Le fait d’embrasser n’est pas nécessairement relié au sexe, à moins que l’on utilise comme une forme de préliminaires”, rappelle ainsi The Guardian. Loin des prouesses sexuelles et des pulsions physiques, le baiser serait uniquement une marque d’amour avec un grand A, un sentiment commun à toutes les sociétés qui composent notre monde.

En réalité donc, il n’y pas d’explication rationnelle ou scientifique, quant au fait que les êtres humains s’embrassent. Une chose est certaine, ce n’est pas intrinsèque au genre humain mais plutôt une marque extérieure de sentiments, construite avec le temps et l’histoire et devenue aujourd’hui un référent pour les amoureux.

L’importance de s’embrasser dans le couple

Les études se multiplient pour attester du rôle important que peuvent jouer les baisers dans le couple. Ils permettent d’évaluer la qualité d’un partenaire potentiel et le maintien du lien relationnel dans un couple. Cela ouvre certaines perspectives pour ceux qui auraient tendance à minimiser le rôle de cette chorégraphie labiale devenue iconique. 

L’étude « A kiss is not just a kiss » réalisée sur un échantillon de 1605 personnes en couple depuis au moins deux ans donne des clés de lecture qui confirment cette importance. Il en ressort que plus que les couples s’embrassent, plus ils signalent des niveaux d’excitation et d’orgasmes au cours de leurs dernières relations sexuelles. Aussi, plus la galoche est fréquente, plus ces couples (américains) affirment être satisfaits de leurs relations amoureuses. Et enfin moins les individus se sentaient anxieux et ressentaient un sentiment d’attachement mutuel. La galoche serait donc potentiellement un indicateur de la qualité globale des relations.

Plusieurs limitations existent bien évidemment dans ces études, sur la notion du baiser romantique, et sur l’infinité des méthodes permettant de témoigner de l’amour et de l’affection, d’autant plus qu’il est difficile de mesurer ce qui se passe dans l’intimité d’un couple. L’autre limitation concerne les populations étudiées, les théories évolutionnistes prônent que le baiser romantique est universel et fonctionne de la même manière à travers les différentes cultures.  

On peut se demander si tous les attributs physiologiques et physiques avancés plus tôt dans cet article, sont un hasard naturel ou plutôt une conséquence comportementale qui a pris de l’ampleur avec la littérature, la musique, la peinture et le cinéma. Ce serait notre environnement direct qui aurait influencé la pratique et l’importance qu’on y porte depuis plusieurs générations.  

Les différentes formes de baisers selon les cultures du monde

Le Frenck kiss

Le fameux French kiss que nous vous présentons depuis le début de cet article ! Faisons un court résumé avant de se pencher sur les autres formes de baisers. Le French kiss est le bisou sur la bouche que tout le monde connaît. Il s’est beaucoup propagé en Europe et en Amérique grâce notamment aux différents films qui le mettent en scène. Cette pratique amoureuse et sexuelle est très à la mode dans 168 pays. C’est un acte sensuel et érotique qui permet de partager de nombreuses choses entre partenaires. Le baiser est avant tout un acte d’amour, mais quand on sait que l’on échange environ 80 millions de bactéries au moment du baiser, comme le révèle une étude publiée dans le journal Microbiome, on se dit qu’il faudrait peut-être mieux garder notre langue dans notre poche…

Le baiser esquimau 

Le baiser esquimau

Comme les Inuits sont généralement couverts de la tête au pied du fait des températures extérieures extrêmes sur la banquise, il ne reste souvent que le bout de leur nez qui dépasse. Ainsi, pour s’embrasser, au lieu du traditionnel bisou sur la bouche, ils frottent leur nez l’un contre l’autre. Cette forme de baiser se retrouve en Alaska, au Canada, au Nord de la Russie, mais aussi chez les Māoris. Dans le dessin animé Peter Pan, une scène expose cette embrassade. 

Le baiser balinais

À Bali, le baiser est un geste qui passe avant tout par l’odorat. En effet, pour se prouver leur amour, les couples collent leur visage afin de sentir leur chaleur et leur odeur. C’est une forme d’intimité très spéciale aux caractéristiques olfactives fortes. Il y a cependant une exception lors d’un événement. En effet, à chaque lendemain du nouvel an hindou, un groupe de filles et un autre de garçons se réunissent en public. Ils se rejoignent au centre d’une place afin de s’embrasser, mais cette fois sur la bouche.

Le baiser africain

Ce continent présente diverses communautés qui n’ont pas le même avis sur le baiser. En effet, pour certains, montrer son affection ou son respect à une personne passe par un bisou sur la main ou sur le front. En revanche, pour d’autres, comme pour les Tonga du Mozambique, c’est un acte bestial et dégoûtant. Enfin, les peuples en Guinée ne connaissent pas du tout cette forme de démonstration. 

Le baiser russe

French kiss : Le baiser russe

Vous avez surement déjà entendu la phrase « s’embrasser à la russe ». En réalité, cela équivaut à un baiser sur la bouche avec une personne du même sexe que soit. Contrairement aux bisous amoureux, celui-ci n’a rien de sentimental mais signifie un lien de fraternité. C’est un acte qui est inscrit dans les mœurs en Russie mais qui tend à disparaître. Le gouvernement pense qu’il s’agit d’une propagande de l’homosexualité, alors que même les chefs d’états le pratiquaient pour symboliser la paix.

Le baiser des papous 

Le baiser des papous

Les papous sont une communauté autochtone de la Nouvelle-Guinée qui pratiquent le baiser d’une manière totalement unique et très étonnante. En effet, les couples accomplissent le « Mitataku » qui consiste à couper les cils de son partenaire avec les dents !

Les baisers en Inde et en Chine

Les baises en Inde et en Chine

Contrairement aux pays Européens, l’Inde et la Chine interdisent de s’embrasser publiquement. 

Les grands films bollywoodiens présentent de nombreuses danses pour exprimer les émotions des personnages. Mais on constate que les scènes de baisers sont loin d’être banalisées. C’est tout simplement parce que dans ce pays, le bisou est un acte très tabou. En Inde, tout comme en Chine, il interdisent de s’embrasser publiquement. Pour les populations, il s’agit de quelque chose de très choquant et vulgaire que de s’adonner à ce genre de comportement.

Le French kiss au cinéma 

Le French kiss au cinéma

Au cinéma, le french kiss est aussi très répandu. Fougueux, timides, tendres, volés… Les baisers de cinéma restent en tête car ils témoignent de la fusion de deux acteurs, ou rappellent des souvenirs, fiévreux. Parmi les plus célèbres, celui de George Peppard et Audrey Hepburn dans Breakfast at Tiffany’s de Blake Edwards en 1961. Mais aussi celui de Cary Grant et d’Ingrid Bergman dans Notorious d’Alfred Hitchcock en 1948. Et enfin, celui de Leonardo DiCaprio et de Kate Winslet dans Titanic de James Cameron en 1997.

photos Londres

Ils nous font confiance